Yo les écolos,

L’urine est un excellent fertilisant. Composé à 95% d’eau, ce fluide jaune est riche en sels minéraux et possède des nutriments essentiels à la croissance des plantes comme l’azote, le phosphore et le potassium. Bref, notre pipi, c’est de l’or liquide ! Certains jardiniers en ont d’ailleurs fait leur botte secrète pour obtenir de beaux légumes ou de beaux fruits.

Dans le but de réduire les traces d’urines sur les murs de la ville, et limiter les mauvaises odeurs, des designers français de l’agence Faltazi se sont penchés sur le problème et ont imaginé l’Uritrottoir.

L’Uritrottoir, la pissotière-jardinière

Permet aux hommes, en plus de se soulager sans créer de désagréments, de fabriquer du compost et donc de faire pousser des fleurs. Concrètement, l’urinoir est composé de deux bacs en aluminium, l’un rempli de paille ou de sciure de bois qui absorbe l’urine, l’autre de fleurs. Au bout d’un certain temps, la matière sèche donnera du compost et sera ensuite utilisée pour la jardinière. Et l’odeur dans tout ça ? Selon les deux inventeurs, le carbone présent dans la paille, mélangé à l’azote de l’urine, évite les effluves.

3 modèles de dispo

Un petit modèle peut recevoir jusqu’à « 300 pipis » et 600 pour un grand. Autre particularité, l’Uritrottoir est connecté. Ainsi, pour éviter tout débordement, le prestataire qui assurera la collecte sera alerté et pourra venir vider le dispositif.

Le prix de cet urinoir écologique est estimé à 500-600 euros. L’uritrottoir sera en totalité fabriqué par des artisans de la région. Bien que seule la ville de Toulouse a récemment approché Victor Massip et Laurent Lebot, ils espèrent révolutionner les rues avec leur invention.

Vidéo démo ^^

La société nantaise n’en est pas à son premier coup d’essai. En 2013, elle avait installé des uritonnoirs (un mélange d’urinoir et d’entonnoir) au festival du Hellfest à Clisson.

Les hommes pourront d’ailleurs bientôt en profiter puisque deux exemplaires tests vont être installés début janvier à proximité de la gare de Lyon à Paris, et trois autres dans les rues de Nantes au printemps prochain.

Et pour que ces messieurs urinent convenablement, même éméchés, les urinoirs fleuris disposeront d’une signalétique bien voyante.

Alors faire pipi écolo, ça vous donne envie?

A propos de Nadir Shah